Un peu de technologie

La réparation est un métier...

C'est aussi une passion

Cette page n'a qu'un but, vous expliquez une procédure de réparation.

Je décline toute responsabilité si vous cassez vos beaux jouets... Ça, c'est dit !

Remplacement des rideaux

Méthode de base

Globalement, la procédure est toujours plus ou moins identique pour le changement des rideaux .

Quelques notions importantes à retenir pour les obturateurs à rideaux horizontaux :

1/ Lors du retrait de l’ancien second rideau, bien repérer la position du collage du second rideau sur le gros tambour.

2/ Lors du retrait des anciens rubans, bien repérer les positions des collages des rubans du premier rideau,
situées au dessus et en dessous du gros tambour.

3/ Lors de la coupe des nouveaux rideaux et rubans, il faut scrupuleusement respecter les longueurs et,
bien sur, recoller en fonction des repères fait lors du retrait des anciens.

4/ A savoir : Ces collages sont primordiaux par rapport aux tambours qui servent à donner la tension.
En effet, en logique, on réalise que c’est l’exactitude de ces collages qui détermine le bon fonctionnement.
Les tenseurs ne permettent que de déterminer l’exactitude de la durée de déplacement de chaque rideau.
L’emplacement du collage sur les tenseurs est sans importance, puis qu’ils ne font que  » tendre « .
Par contre, il est important que la position des rubans du second rideau et le collage du premier rideau permettent un
enroulement régulier sans le moindre décalage vertical.
Cette méthode permet d’avoir un parallélisme précis entre les tirans en métal ( là ou sont accrochés le rubans )
et les bords de la fenêtre d’exposition. ( si c’est de travers, c’est pas bon …)

5/ Il faut donner ensuite une tension  » de base  » pour que l’obturateur fonctionne.
Pour cela, mettre en pose B, déclencher et maintenir le déclencheur enfoncer.
Ajuster la tension du premier rideau pour que celui ci se mette en place ( se ferme complètement )
et ajouter deux ou trois tours maximum.
Relâcher le déclencheur et ajuster la tension du second rideau pour que celui ci se mette en place également
et ajouter deux ou trois tours, toujours au maximum.
Si les ressorts de tensions de sont pas fatigués, leurs actions doivent êtres identiques.
Logiquement, l’obturateur doit fonctionner en  » sonnant  » comme pour le 1/15 de seconde.

6/ Pour un ajustage précis des vitesses de défilement des rideaux, l’utilisation d’un shutter tester est indispensable.
Il permettra d’obtenir des valeurs justes et fiables, dans la majorité des cas c’est +/-12 ms.
Ensuite, intervient l’ajustage des vitesses d’obturations ( ça, c’est une autre aventure ).

7/ Chaque marque a une spécificité pour le réglage des vitesses, rapides et lentes.

8/ La plus grosse erreur en cas de dysfonctionnement d’un obturateur est de  » tendre  » les rideaux.
En effet, chacun d’eux doit se déplacer à la même vitesse ou le plus similaire possible.

9/ Réflexion : Il faut bien comprendre que l’obturation est une fente entre les rideaux qui couvre le format,
ce qui justifie pleinement que la vitesse de défilement doit être identique durant le parcour devant la fenêtre.
Cette fente est étroite pour les vitesses rapides et plus large pour les lentes.
( exception faite des vitesses lentes dépendantes du module mécanique… des vitesses lentes bien sur )

Un décalage entre les rideaux, par trop ou pas assez de tension provoquera inévitablement une erreur d’illumination du film. 

10/ Imaginez : ( action au ralenti…) Vous déclenchez, le premier rideau part, un temps X est sélectionné par le sélecteur de vitesses,
ce qui détermine la largeur de la fente.( Nous voilà dans le domaine de la relation espace / temps )
Le second rideau est relâché et ensemble, ils parcourent la fenêtre d’exposition, mais le second rideau est déréglé
( trop de tension par exemple ) à mi-parcours, le second rideau a déjà rattrapé le premier de 40% puis, en fin d’obturation, de 70%
si ce n’est pas à 100% à mi-chemin, ce qui a pour résultat des négatifs à demi impressionnés.